•  

     

    Sommeil d'Amour

     

            Saint Valentin... Journée de l'Amour !

     

          ..... Et du sommeil d'Amour, dont Olivier Messiaen disait aussi, évoquant le Cantique des Cantiques :

    « JE DORS, MAIS MON COEUR VEILLE... »

     

          C'est la bienheureuse existence du Réalisé, qui ne se sent plus exister, mais ressent avec un amour incommensurable la Vie qui s'écoule en lui.

          Les choses se font d'elles-mêmes par le cœur Éveillé, tandis que dort l'esprit de Paix...

     

     

           De même Jésus disait, dans l'Évangile de Thomas selon Jean-Yves Leloup :

     

    « JE SUIS UN REPOS ET UN MOUVEMENT »

     

            Le mouvement s'effectue de soi-même en superposition au repos... dans l'Amour !

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     
             J'ai reçu un beau cadeau pour Noël - arrivé juste un tout petit peu après.

             Des textes mystiques très profonds, ou "prières" composées par Mooji et mises en musique par deux jeunes gens talentueux - le jeune pianiste Martin Rixen dont les dons d'improvisation et de composition en jazz et musique du coeur sont indéniables, et qui se fait appeler "Gotama", et une jeune femme à la voix chaude nommée "Omkara" - , réunis sous le titre général de "Amen".


    Un beau cadeau

          Ces prières de Mooji, tirées d'un livre intitulé "The Mala of God" ("le chapelet de Dieu", un "mala" étant l'équivalent du chapelet chrétien pour la récitation des mantras) n'existent actuellement hélas qu'en anglais ; je n'ai donc pas osé me commander le livre lui-même. Mais dans ce disque quatorze d'entre elles sont sélectionnées, dont j'ai pu traduire les textes avec l'aide du traducteur de google. Elles sont ici chantées par Omkara avec certains passages lus par Mooji lui-même, et les accompagnements de Gotama sont magnifiquement enrichis par l'intervention d'un violoniste, d'un violoncelliste, parfois même d'un joueur de Duduk arménien (sorte de cor anglais ou hautbois grave), ainsi que de voix supplémentaires en arrière-plan, et de percussions ; de plus comme toujours, Mooji qui est à l'origine dessinateur, peintre et calligraphiste, orne le livret d'accompagnement d'esquisses de sa main.

          Voyez-en des exemples à cette page, qui décrit l'ouvrage en détail.

          Dans la vidéo qui suit, on entend la seconde plage du disque, celle qui en inspire le titre et dont je vous donne ci-dessous le texte et la traduction : "Que notre nom soit Amen" ; ce qui signifie "Que nous ne soyons qu'acceptation parfaite".

     

     

    Let Our Name Be Amen                        Que notre nom soit Amen

     Let our lives be                                      Que nos vies soient  
    Timeless gratitude and mighty joy            Gratitude éternelle et joie puissante 
    Let our heart be                                      Que notre cœur soit
    Great peace and holy spirit                       Grande paix et esprit saint

    Let our name be                                      Que notre nom soit
    Amen                                                      Amen

    O                                                            Ô
    Womb of Existence                                   Matrice de l'existence
    Keep this life                                            Garde cette vie
    Inside You                                               À l'intérieur de Toi
    Hide me                                                  Cache-moi
    In your heart                                           Dans Ton cœur
    Merge me                                                Fonds-moi
    In your being                                           Dans Ton Être

    Let our name be                                       Que notre nom soit
    Amen                                                       Amen

    O One and Only                                        Ô Un et Unique
    You are                                                    Tu es
    Our sole refuge                                         Notre seul refuge
    Light of our heart                                      Lumière de notre cœur
    The source of true love                              La source du véritable amour

    Let our name be                                        Que notre nom soit
    Amen                                                        Amen

     

     

    Je vous souhaite un passage tout en douceur vers l'année nouvelle,

    et les bénédictions du Ciel pour celle qui vient.

     

     


    13 commentaires
  •  

         Bonjour à tous ceux que je visite régulièrement et qui peut-être viendront encore cette fois sur ce site... Il est vrai que je suis assez silencieuse sur ce blog depuis quelque temps, prise par d'innombrables activités extérieures ou ne trouvant rien à ajouter à ce que j'ai déjà abondamment évoqué dans le cadre de cette quête de l'Ultime.

         Pourtant, comment briser le lien qui nous permet d'exprimer et de partager ce que nous découvrons, ressentons jour après jour ? Ce sont souvent pour moi des découvertes musicales, qui me permettent d'épancher et de maintenir les ressentis de mon cœur, par l'écoute ou par le chant.

           Depuis quelque temps je suis captivée par les musiques jouées au piano-synthétiseur par Martin Rixen, qui vit auprès de Mooji au Portugal, et notamment par ce magnifique morceau intitulé "Mere Gurudev". Or je viens seulement de découvrir qu'il s'agissait d'une simple reprise pour piano seul d'un chant créé par Krishna Das (alias Jeffrey Kagel) dont je vous propose ici une traduction française. J'ignore si le texte est aussi de ce musicien, mais il me semble merveilleux ; j'ignore également s'il est rédigé en sanskrit ou bien dans une langue indienne contemporaine ; en tous cas, on peut le trouver ici interprété par lui s'accompagnant au "guide-chant" traditionnel auxquels s'ajoutent des instruments classiques, ou chanté par Deva Premal avec l'accompagnement de la flûte de bambou de Manose, et en prime le texte original défilant sur la vidéo. Enfin ces deux interprètes l'ont également enregistré ensemble ici, avec sous la vidéo une traduction anglaise dont je me suis bien sûr servie.

            Cependant je préfère vous donner la version piano seul avec l'adaptation que j'en ai faite, en insistant sur le fait que "Gurudev" est un composé du mot "guru" qui signifie "maître" au sens de guide ou instructeur, et de "deva" qui signifie "divinité" au sens d'être réalisé ou sacré. Je le traduis donc - comme je le comprends - de telle manière que l'on pourrait l'adapter aussi bien à Jésus comme à tout être féminin ou masculin, ou même à tout élément naturel qui susciterait en nous l'ouverture et l'élévation de notre cœur par l'Amour.

         C'est en effet un chant d'amour, un chant d'abandon de soi, et il est évident qu'une telle dévotion n'est pas adressée à un être charnel ni à un individu humain quel qu'il soit. Il évoque plutôt le recueillement au pied d'une statue particulièrement chérie, et en qui nous placerions la plus totale confiance.

           Ainsi dans la vidéo que vous trouverez ensuite, si le visage de Mooji est trop souvent apparent sur l'écran, c'est parce qu'il était à l'origine de l'enregistrement qui intervient en clôture d'une de ses réunions publiques, mais on devine bien à son expression que lui-même ne pense également qu'à son propre Maître, et ne se considère que comme son instrument, rien de plus...

     

    Mon divin Maître

     
    Mon Divin Maître, j'offre ces fleurs de ma foi à Tes pieds ;
    Tout ce que j'ai c’est Toi qui me l'as donné, alors je T’offre tout.

    Je n'ai pas d'amour, ni de connaissance, ni même la force d'accomplir les rituels du culte ;
    Mais cet esprit qui est mien, ce corps qui est mien, tous ces atomes qui me composent Te sont consacrés.

    Tu es le seul dans mon cœur, le seul dans mes pensées, le seul aussi que j'invoque.
    Maintenant fais de moi Ton instrument, je T'offre tout ce que je suis.

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

          Je suis souvent déçue du fait que les enseignements qui m'attirent le plus actuellement, qu'ils viennent de l'Inde comme le Vedanta ou de Perse comme le Soufisme, ne nous sont accessibles qu'en anglais. Nous trouvons certaines traductions françaises, mais sommes toujours très en retard sur nos voisins pour la plupart des textes. C'est souvent l'anglais seul qui traduit le sanskrit ou le persan ancien. Je me suis donc remise à étudier cette langue dont je n'avais jamais eu d'apprentissage ni de pratique auparavant... Avec google et son traducteur plus les sous-titres de youtube, c'est possible.

          Mais voici que ce matin je tombe avec stupéfaction sur l'adaptation française d'une vidéo magnifique découverte peu auparavant en anglais et qui m'avait contrariée puisqu'elle avait son origine dans les pages d'un auteur français (Henry Corbin), et que cette fois encore c'est un anglais qui avait su mettre en valeur ce texte, dans la langue de Shakespeare. 

           Cependant j'avoue maintenant que la vidéo initiale m'émeut davantage que sa reprise française, et semble plus aboutie. C'est donc celle-ci que je vais d'abord déposer ici, en vous laissant sa traduction dessous, sachant qu'à la page youtube de cette dernière vous trouverez l'intégralité du texte français dans le premier commentaire, ainsi que des présentations des auteurs (ici). 

          Dans les deux cas, la musique d'Armand Amar, avec le duduk arménien, est superbe. Le texte cité est d'Ibn Arabî, philosophe, théologien mystique et poète né en Andalousie au XIIe siècle et mort à Damas au XIIIe siècle de notre ère.

      

          

     

        

     

    NB - Les commentaires sous cette seconde vidéo valent vraiment d'être lus. À commencer par cette présentation du travail de Henry Corbin :

    « Henri Corbin (Paris 1903 - Paris 1978) est un philosophe, traducteur et orientaliste français. Le projet central de Corbin était de fournir un cadre pour comprendre l’unité des religions du livre : judaïsme, christianisme et islam. Son grand ouvrage : « Seul avec le seul : l’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn Arabi » est un texte classique initiatique de spiritualité visionnaire qui transcende les divisions tragiques entre les trois grands monothéismes. La vie de Corbin a été consacrée à la lutte pour libérer l’imagination religieuse des fondamentalismes de toutes sortes. »

     


    9 commentaires
  •  

          Voici une chanson qui me remplit d'allégresse, en cette période estivale. Elle reprend les mots qui forment le titre du célèbre ouvrage recueillant des conversations avec Nisargadatta Maharaj, cet être exceptionnel, simple marchand de cigarettes à Bombay qui, pour avoir appliqué fidèlement ce que lui avait dit son Maître Siddharameshwar Maharaj, a atteint la réalisation complète après la mort de celui-ci ; et qui ensuite l'enseigna à des milliers de gens en discutant avec eux, simplement, au coin de la rue puis dans son petit logement exigu : "I AM THAT !" "Je suis Cela !"

          Cependant il semble qu'en français la traduction de cette formule soit beaucoup plus percutante avec la simple expression "JE SUIS". En effet, atteindre à la "Réalisation de Soi", c'est d'abord, comme l'a enseigné aussi Ramana Maharshi), savoir qui est véritablement ce "Je" qui nous désigne intimement, et comprendre qu'il est ultimement dépouillé de toute qualification, et se contente d'Être.

          Comme l'expriment également les Bouddhistes, le "Soi" profond est vacuité, il est le simple témoin des expériences qui passent tels des nuages mais demeure à ce titre imperturbable, immuable, radieux, tranquille, vaste, pur et silencieux comme le ciel.

     

     

           Dans la vidéo, éditée par les disciples de Mooji*, lui-même enseignant dans la lignée de Ramana Maharshi, mais évoquant sans cesse les grands sages ou fondateurs de religions et de philosophies comme équivalents dans leur ultime propos (qu'il s'agisse de Nisargadatta Maharaj, de Jésus ou de Bouddha), on voit celui-ci (Mooji) danser, car comme l'on sait il est d'origine jamaïcaine et apprécie ce genre de musique. Cependant à la fin il développe longuement le sens de cette vidéo.

     

    * Ici un article intéressant pour le présenter, mais qui date certainement car à ce jour Mooji anime un ashram à "Monte Sahaja" au Portugal, et se rend chaque année pour un mois environ à Rishikesh en Inde où il est reçu et écouté comme un grand Maître.

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique