• La révélation de la musique classique contemporaine est une femme !

     

           Non seulement c'est une femme, mais toute jeune, et française. Et quel caractère ! Quelle présence dans sa musique, aussi douce que vigoureuse, aussi personnelle que résolument actuelle !

          Pourtant Camille Pépin n'a rien d'un Mozart. Elle est née en Picardie le 17 novembre 1990 dans une famille ne s'intéressant a priori aucunement à la musique, mais où tout simplement on l'a inscrite à un cours de danse.

        Et voici qu'aussitôt, avec toute la fermeté que lui apporte son signe natal du Scorpion, elle supplie ses parents :

    "La musique pour moi, c'est aussi important que boire ou manger ! C'est vital !"

        Alors ses parents l'inscrivent en classe de piano au Conservatoire d'Amiens. Bonne pioche : elle gravit les échelons si brillamment qu'on la retrouve bientôt en composition au Conservatoire National Supérieur de Paris où elle remporte cinq Premiers Prix et reçoit l'enseignement des meilleurs maîtres actuels !

         C'est devenu un phénomène qui séduit autant le public que les interprètes, et à qui on commande des œuvres de circonstance pour différents concours d'instruments ou de direction d'orchestre.

           Car elle n'en est pas restée au piano, loin de là ! Sa prédilection va vers les œuvres symphoniques ou pour ensembles assez variés, où elle utilise par exemple volontiers le marimba ou les percussions. Ses œuvres aux subtiles couleurs orchestrales tantôt vivantes, rythmées, tantôt contemplatives et empreintes de sons de la nature lui ont bientôt valu le grand prix de la Sacem en 2015 puis un premier Prix aux Victoires de la musique classique "Jeune compositeur" en 2020.

         On trouve de nombreux enregistrements de sa musique sur youtube, notamment sur sa propre chaîne, mais elle a aussi déjà édité deux disques, et a bien sûr de nombreuses partitions publiées chez différents éditeurs. Elle aussi une page Wikipedia et son site ici.

          Elle aime dans sa musique évoquer la Nature (les orages, la pluie, l'eau, le lever du jour, les arbres...) un peu dans l'esprit japonais ; mais s'inspire aussi de la poésie (elle a mis en musique des sonnets de Baudelaire) et notamment de langue anglaise (son œuvre Chamber Music est tirée d'un cycle de poésies de James Joyce).

         Je voulais vous faire entendre un extrait assez court de sa musique, mais je ne puis résister à vous faire auparavant écouter la jeune femme elle-même : en effet il s'agit également une vidéo très courte. Elle y évoque la genèse d'une de ses compositions, inspirée cette fois de l'auteur américain Robert FrostThe Road not taken ("la route que l'on n'a pas prise").

     

     

          Et voici maintenant cet extrait que je vous destinais, de "La Source d'Yggdrasil" (2018), interprétée à l'occasion des 28es Victoires de la musique classique en février 2021.

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Janvier à 11:29
    Je suis plutôt ignorante en musique contemporaine ; cette jeune femme dans sa musique chante le mouvement de la vie. Les poèmes sont une belle soirée d'inspiration. Merci pour la découverte. Bises
    2
    Lundi 17 Janvier à 11:30
    Lire source au lieu de soirée. Merci
    3
    Lundi 17 Janvier à 14:29

    Quelle belle découverte musicale !

    Bisous du jour

    4
    Lundi 17 Janvier à 22:15
    Bises à vous deux et merci de votre écoute.
    5
    Mardi 18 Janvier à 17:51
    daniel

    Je ne suis pas mélomane comme toi et la musique contemporaine ne m'a jamais attiré. Mais j'admire ces jeunes virtuoses pleins d'allant!

      • Mardi 18 Janvier à 22:09
        Là, tu peux admirer car il n'y a pas de pluriel. Elle est la seule depuis longtemps à faire de la vraiment belle musique, de la musique qui émeut et qui transporte.
    6
    Samedi 22 Janvier à 00:27

    Un beau morceau, rafraichissant, comme une immersion dans la nature et auprès d'une source.

      • Samedi 22 Janvier à 12:31

        C'est tout à fait cela. Tout le charme de Camille Pépin tient à son osmose avec la nature.

    7
    Samedi 22 Janvier à 14:48

    Un petit coucou en ce samedi

    Pas tant de neige que ça en Creuse...

    De la neige il y en a eu fin novembre... un peu une journée en décembre, un peu la semaine dernière...

    Qui fond de suite !

    L'hiver n'est pas fini... peut-être en février ?

    Bises du samedi

      • Samedi 22 Janvier à 15:16

        Et pourtant il fait bien froid !

    8
    Dimanche 23 Janvier à 09:57

    Oui !!

    Bisous du dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :