•  

    « Agneau de Dieu

    Qui enlèves le péché du monde,

    Donne nous la Paix. »

     

       Qu'est-ce que cet Agneau, sinon celui qui est suffisamment innocent pour accueillir sans jugement ni rejet aucun, dans une acceptation parfaite, tout ce qui se présente à lui ?

         Cet Agneau est "de Dieu", car il n'est pas "né du sang ni d'un vouloir de chair ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu" (prologue de l’Évangile de Jean, verset 13) : en effet la chair est faible et soumise aux jugements du mental.

        Ainsi, cette attitude "enlève le péché du monde", celui qui consiste en l'étiquetage des objets perçus afin de les cristalliser et de leur ôter leur pouvoir de vie en perpétuelle évolution.

         Enfin, cette attitude, parce qu'elle libère de l'action néfaste du mental, apporte la Paix profonde.

     

          Mais ici l'erreur consiste à considérer l'Agneau comme extérieur à soi, alors qu'il est nous-même, notre véritable Soi.

           De même, dans la prière catholique destinée au Christ, le "Gloria", il est fait une distinction entre "Jésus-Christ, le Fils Unique de Dieu", et "l'Agneau de Dieu, le Fils du Père" : tandis que le premier est notre Maître, celui qui nous montre la Voie, le second est nous-même, le disciple qui a assimilé cette voie.

     


    4 commentaires
  •  

       Cette belle prière enseignée par Jésus et intitulée "Notre Père", j'aime à l'énoncer comme si elle était déjà réalisée.

        En effet, ne sommes-nous pas entièrement soutenus par Celui qui porte aussi l'Univers entier en Son Sein ? Avons-nous la moindre influence sur le cours de nos vies, sur le cours des événements qui régissent le monde ? Bien sûr, nous faisons de notre mieux, mais ultimement le mieux est toujours de nous en remettre à Lui et de L'écouter, car nous ne sommes les auteurs ni de nos corps, ni de nos émotions, ni par conséquent de nos pensées...

        La seule chose que nous puissions demander est donc de savoir reconnaître ce que nous avons déjà reçu ; et de nous abandonner totalement à ce Don merveilleux.

      

    Notre Père, qui es au-delà de Tout,

    Que Ton Nom soit glorifié !

    Car Ton Règne s’étend sur toute chose

    Et Ta Volonté se réalise en Tout.

     

    Constamment Tu nous offres Ton Pain véritable ;

    Tu effaces de nos cœurs les erreurs,

    Faisant de tous nos frères ;

    Tu nous gardes des voies d’égarement

    Et nous délivres de l’emprise du mental.

     

    À Toi, Puissance et Gloire,

    Ferveur, Adoration,

    Rayonnement et Splendeur,

    Dans l’infini du Temps !

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique