• Un verset du Magnificat

     

    Il est un verset du Magnificat qui me frappe aujourd'hui (Luc, 1, 53) :

    Esurientes implevit bonis, et divites dimisit inanes.

    Que l'on traduit communément par :

    Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

     

    Aujourd'hui je le comprends ainsi :

    Ceux qui sont vides de tout seront comblés par la Grâce
    et ceux qui débordent de biens seront vidés de tout.


        Dans les deux cas, il  s'agit d'un effet de la Grâce, même si les seconds n'en sont pas forcément conscients : en effet, être "vide de tout" leur permettra de connaître par la suite le bonheur des premiers.

         Bien sûr, il ne faut pas se contenter d'interpréter cela au plan matériel. C'est au niveau des attachements, que ce sens prend toute sa valeur. Être vide de toute attente à l'égard du monde permet d'être assoiffé de Dieu. Et Dieu, comme une source vive, se déverse dans ce qui est ouvert - dans notre Cœur bien sûr.

     

     

    « La véritable nourriture ne vient pas de ce mondeÉclipse »

  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Juillet à 09:45
    Durgalola
    La grâce est une eau bienfaisante. Bises et merci
      • Lundi 15 Juillet à 22:52

        Mais pour la recevoir il faut être vide de tout. Abandonner désirs et attachements personnels.

    2
    Mardi 23 Juillet à 17:43

    j'aime ta pensée Mayalila, elle va a l'essentiel !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :