• Turbulences

     

    « Peu importe ce qui survient ;
    Ce qui importe, c'est Qui tu es,
    Toi qui le perçois. »

    Mooji

     

    Amma accueille tous ceux qui viennent à elle, quels qu'ils soient, d'où qu'ils viennent, quels que soient leur histoire ou leur problème...

    Elle leur ouvre ses bras et leur offre sont amour, constamment, sans distinction, avec une infinie patience.

     *  *  *

     
        Ainsi dois-en permanence accueillir et embrasser tout ce qui se présente à moi, sans distinction, sans jugement, avec amour et infinie patience. Accueillir et aimer les événements, les personnes, les situations, les sentiments ou les pensées en tant que faisant partie de Ce qui est là ; c'est-à-dire de ma propre image : car ce que je perçois reflète ce que je suis profondément, seul mon mental habille les choses à sa convenance selon le prisme de mes conditionnements.

         La patience est le premier signe de l'Amour.

     
         Récemment j'évoquais cette question qui aurait pu, selon Eckhart Tolle, être posée à tout moment par le maître Rinzaï :

    « À cet instant précis, que manque-t-il ? »

        Après réflexion et application de l'exercice, je remarque qu'elle n'élude rien des possibilités de "manque" présentes dans l'esprit. Ce qui la fait tomber, ce n'est pas le travail de recherche ni les réponses trouvées, bien au contraire !

           Ce qu'il faut, c'est l'observer et découvrir qu'il ne s'agit que d'un concept : le "manque" est juste le contenu d'une pensée... D'ailleurs, "l'instant présent" également ! S'arrêter pour saisir un instant est déjà une opération mentale.

     
         Si comme le prescrit Mooji je demeure en tant que Cela qui perçoit, et si comme Amma j'embrasse et accueille avec amour tout ce qui se présente à cette perception sans distinction, alors j'accueille de la même façon la pensée du manque, la pensée de l'instant présent, et toutes ces pensées qui font partie de l'Être et sont simplement là, survenant puis disparaissant tour à tour... 

     

     

    « À venirPoésie »

  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Mai à 09:50
    Daniel

    C'est certainement la bonne attitude. Mais elle est difficile à pratiquer. En prendre conscience de temps en temps c'est déjà bien. 

    L'acceptation est une des meilleurs attitudes qui soit. Elle n'amène ni séparation, ni conflit.

      • Mardi 22 Mai à 10:04

        Comme tu le dis si sagement Daniel, il n'est pas si simple de demeurer dans cette attitude et important d'en prendre conscience.

    2
    Jeudi 31 Mai à 10:23

    C'est un vrai travail, certaines fois, difficile, le travail d'une vie terrestre, après, nul ne sait... Lumineuse journée à toi.  brigitte

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :