•  

     

    Je ploie

    Sous le poids

    Des pensées ...

     

    Dieu !

    Que la matière est lourde

    Pour elle-même !

     

     


    votre commentaire
  •  


           Mon père me récitait une petite fable en mouvement perpétuel qui m'amusait beaucoup mais dont je n'ai jamais pu me rappeler - ni retrouver - la partie centrale.

              En effet il énonçait lentement ce début :

    « La scène représente un désert... »

             Puis le débit de sa parole allait s'accélérant et s'amplifiant de plus en plus jusqu'à cette fin, de nouveau ralentie :

    « Oh-oh ! s'écrie la foule enthousiasmée ! 
    Et elle réclame une nouvelle représentation. »

            et enchaînait sur la reprise du début, presque chuchotée et très mystérieuse :

    « La scène représente un désert... »


             C'était un travail théâtral extrêmement rythmé et très proche de la musique.      

         Or, maintenant que se profile la pleine lune du Bélier (31 mars prochain) qui correspond énergétiquement à un travail à faire sur soi au sujet de l'agressivité, et eu égard à certains événements récents, je ne puis éviter de rapporter ce dont je me souviens du contenu intercalé à grande vitesse entre ces phrases.

           En voici à peu près (et abrégée) la teneur :

       Entre un tueur armé jusqu'aux dents qui menace d'abattre tout ce qui bouge et perce de plusieurs rafales les baraques d'un saloon qui s'effondre.

            À l'opposé surgit alors un cow-boy au grand cœur qui l'interpelle et lui ordonne de déposer ses armes.

            Sans se laisser impressionner, le bandit tire sur le cow-boy, qui riposte aussitôt.

            On entend deux déflagrations, et tous deux tombent, morts sur le sol !

           [ Oh-oh ! S'écrie la foule enthousiasmée ... ! ... ]

           

          Ainsi le cycle de l'action s'est annulé : du bon et du méchant, il n'en reste aucun.

        Et sans cesse se répète la scène projetée : la vie, la mort ; l'apparition, la disparition ; le début, la fin ; la parole, le silence ; l'agitation, le désert... 

          J'aime beaucoup cette évocation du Saṃsāra...

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique