• Soeur Emmanuelle

     

           Mon amie Danaé (alias Michèle Bec) m'a offert deux très beaux livres de Sœur Emmanuelle, et ils me sont une merveilleuse nourriture pour l'âme.

          D'abord parce que quand on recherche la Vérité, rien n'est plus gratifiant que de de la retrouver identique quelle que soit la religion ou la civilisation envisagée. Après les bouddhistes, les soufis, les hindouistes, Sœur Emmanuelle - qui en plus de son engagement chrétien avait étudié la philosophie - ne dépare pas et son message est aussi profond et convaincant que le leur.

       Ensuite, parce que son style direct et tranché parle tout naturellement au cœur, sans détour. Voici pour le prouver quelques passages qui m'ont particulièrement frappée dans "J'ai 100 ans et je voudrais vous dire...".

    Soeur Emmanuelle

    Sur l'amour :

     «  Le véritable amour, solide, durable, est celui qui cherche le bonheur des autres en même temps que son propre bonheur.

         Il faut que l'on soit heureux ensemble, que nous soyons "en cordée" - c'est une expression que j'utilise souvent. Dieu nous a créés pour le bonheur. Et la vie devient passionnante quand on brise le cercle où l'on s'est parfois enfermé soi-même, afin d'aller vers l'autre. Alors, c'est une merveilleuse aventure. »

    Sur la mort :

      « La chair peut périr, l'esprit non. Il ne peut pas périr parce que ce n'est pas un objet matériel, une matière qui s'égrène, qui se casse ne morceaux. C'est ainsi que je raisonne, que je me raisonne quand la peur surgit parfois. (...)

          C'est passionnant de vivre ainsi, de rencontrer des obstacles, ceux que la raison raisonnante, la raison qui veut toujours tout savoir et tout expliquer, place sur votre chemin, fait surgir dans votre réflexion. Alors, hop ! on saute par-dessus les obstacles et on avance vers Dieu, vers l'éternité. (...)

            Pour moi, l'éternité consiste à s'enfoncer de plus  en plus dans un abîme d'amour, à y pénétrer chaque jour davantage ; et comme cet abîme d'amour est infini, l'éternité ne suffira pas pour l'explorer, pour baigner toujours davantage dans l'amour de Dieu. »


       Il faut dire qu'elle avait un sacré caractère, cette sœur Emmanuelle et que c'est avec cette force que l'on va loin (et que l'on entraîne à sa suite) !

        Or ce qui me frappe le plus est son témoignage de la nécessité à laquelle elle a été soumise, comme tous les aspirants rangés dans une voie de dépassement de soi, de l'apprentissage de l'humilité.

         Dans les couvents comme dans toute Voie dite "spirituelle" il existe une règle : celle de l'obéissance qui s'accompagne souvent de l'obligation de se taire.

      « Quand je suis arrivée en Suisse, encore au tout début de ma vie religieuse, la maîtresse des novices nous a dit qu'on ne donnait pas la Bible aux sœurs. J'ai objecté qu'à Bruxelles je la lisais déjà. Elle m'a répondu, vive : " Ma petite sœur, voulez-vous vous taire !" . Je me suis tue. Mais la Supérieure m'a prise à part et m'a sermonnée : " Vous avez osé contredire la maîtresse des novices devant toutes les novices ! Baissez les yeux ! Vous allez recevoir une pénitence. Vous allez faire un Chemin de Croix et à chaque station vous baiserez la terre en disant : " Je suis un zéro. Pardon, Seigneur." »


          Quelle puissance ! Devant les souffrances du Maître au cœur le plus compatissant qu'on ait jamais connu - Jésus - , reconnaître que l'on n'est rien du tout... moins que rien même : zéro.

          Un pauvre petit mental bavard face à l'immensité de l'Amour.

     

    « Le charmeur de serpentsSoeur Emmanuelle et Mooji »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Mars à 09:04

    Je pense que la prise de conscience de notre propre nullité, celle de notre ego, peut ouvrir de grandes perspectives, à la condition de ne pas en rester là, évidemment. L'observation détachée me semble préférable au jugement.

    Mais bien sûr, il faut remettre tout cela dans le contexte du vécu qui est raconté ici.

    Un lumineux destin que celui de Sœur Emmanuelle.

    Amitiés

      • Vendredi 22 Mars à 09:36

        Bonjour Alain. Je pense tout à fait comme toi, mais je tenais à rapporter cet épisode car il confirme ce que la vie souvent nous enseigne et que nous n'acceptons pas toujours : mordre la poussière peut être parfois pour nous une leçon utile. L'acceptation inconditionnelle de ce qui se présente est essentielle. Or Sœur Emmanuelle, avec toute sa force de personnalité, s'est inclinée aussitôt, à la surprise de ses supérieurs qui pensaient qu'elle n'était pas faite pour la vie monastique.

    2
    Vendredi 22 Mars à 10:35

    Une femme exceptionnelle qui nous montre le chemin...

    3
    Vendredi 22 Mars à 12:56

    Soeur Emmanuelle compte beaucoup pour moi.

    Bon week end.

    4
    Vendredi 22 Mars à 15:55
    daniel

    Une forte personnalité qui allait droit au but. J'aimais son optimisme !

    5
    Vendredi 22 Mars à 18:44

    J'ai eu la chance de l'entendre deux fois en conférence.

    La première fois, tout d'abord, sa voix aigüe m'a  heurtée, mais cela a peu duré, elle avait une telle qualité de présence, une telle authenticité que j'ai oublié sa voix...Etre en présence de tels êtres ne peut que  redonner la joie de vivre et de se surpasser...

    Mais la façon dont on l'a traitée au début de son noviciat ne m'aurait pas convenu...Si je ne suis qu'un zéro , autant disparaître immédiatement

     

      • Vendredi 22 Mars à 21:29

        Peut-être cela s'adressait-il surtout à sa petite fierté personnelle.  Comme le disait Alain il faut remettre toujours les choses dans leur contexte.

    6
    Lundi 25 Mars à 20:51

    que ce soit elle ou l'abbé Pierre, tous deux avaient conscience de leurs faiblesses qui les reliaient à leurs frères les hommes ; au fond chacun ne cherchant pas l'image du "saint auréolé". 

    Bises et merci pour ces extraits.

      • Lundi 25 Mars à 21:14

        Oui, c'est tout à fait cela, et c'est ce qui en fait pour nous des "maîtres".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :