• Poésie

     

          Je ne sais plus écrire de poésie... il me semble aujourd'hui que j'ai tout dit, du moins en ce qui concerne le monde épais de l'émotionnel et du mental.

         Mais le soir, quand tombe la nuit, combien plus poète m'apparaît le merle qui improvise à l'infini des phrases toujours changeantes, toujours plus gracieuses et plus créatives ! Je ne sais que l'écouter.

      Et hier au soir, combien plus poète encore était le grillon, qui se mit à chanter quand parut la première étoile, belle et resplendissante sur le bleu profond de l'Orient - la planète Jupiter... Et moi, qu'en aurais-je dit ?

        Cependant il est un poème qui aujourd'hui m'émeut chaque jour plus profondément, grâce à l'interprétation qu'en a donnée mon nouveau maître en spiritualité, l'ardente flèche vive Lili Boulanger ; c'est le "Soir sur le Plaine" d'Albert Samain (mort lui aussi prématurément, et un peu maître lui-même puisqu'on peut lire de lui à cette page : "ma vie n'a pas d'histoire"...).

        C'est la 4e strophe, que je retranscris ici en italique, qui m'impressionne particulièrement. Lili a su en souligner la profondeur en répétant pour terminer "Écoute !" comme un écho qui se perpétue.

     

    Vers l'Occident, là-bas, le ciel est tout en or !
    Le long des prés déserts où le sentier dévale
    La pénétrante odeur des foins coupés s'exhale.
    Et c'est l'heure émouvante, où la terre s'endort.

    La faux des moissonneurs a passé sur les terres
    Et le repos succède aux travaux des longs jours.
    Parfois une charrue oubliée aux labours
    Sort comme un bras levé, des sillons solitaires.

    La nuit à l'Orient verse sa cendre fine.
    Seule au couchant s'attarde une barre de feu.
    Et dans l'obscurité qui s'accroît peu à peu
    La blancheur de la route à peine se devine.

    Puis tout sombre et s'enfonce en la grande unité.
    Le ciel enténébré rejoint la plaine immense.
    Écoute ! Un grand soupir traverse le silence,
    Et voici que le cœur du jour s'est arrêté.

     

         Pour l'écouter dans l'interprétation pour chœur, solistes et piano de Lili Boulanger, il faut choisir de préférence une version vraiment inspirée, qui sait mettre en valeur cette dernière strophe dans toute sa magique splendeur. Hélas, les français sont tout le contraire de mystiques et dédaignent leurs plus grands musiciens ou poètes, tandis que par chance les étrangers (allemands, anglais, suédois, américains...), savent les apprécier.   

         C'est pourquoi la meilleure interprétation en sera trouvée ici, avec des chanteurs mal familiarisés avec notre langue mais d'une grande sensibilité. Si l'on souhaite n'écouter que la 4e strophe, c'est à partir de 5'30 (ici). Mais en écoutant le tout, on pourra découvrir l'immense délicatesse de peintre et de poète avec laquelle cette jeune femme d'à peine 20 ans a su esquisser par élans successifs la mouvante beauté de ce tableau, et en suggérer toute l'intense profondeur, lui apportant puissance et vie.

     

     

    « TurbulencesLe chemin »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Mai à 08:55
    Daniel

    Quel beau poème. J'aime beaucoup !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :