• Lumière

     

        Hier soir, alors que je relisais quelques extraits de l'Asthâvakra-Gîtâ (perle du Védanta, ici traduite et présentée par Jacques Vigne aux éditions de l'Originel), je me suis arrêtée sur ce verset qui m'a frappée :

    « Celui qui n'est plus du monde n'est nulle part dans la réjouissance ou dans la dépression. Il garde constamment l'esprit frais, et il resplendit de façon royale, comme s'il n'avait plus de corps. »

    (chap.18, verset 22)


           En effet il m'a rappelé vivement ce souvenir musical que vous trouverez ci-dessous, et qui est une citation de Jésus dans l'Évangile de Matthieu :

     

    « Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père. Entende, qui a des oreilles ! »

    (chap.13 verset 43)


          Le Royaume dont il s'agit est ici présent mais invisible pour les yeux profanes. Il n'est accessible qu'aux "justes", c'est à dire à ceux qui ont su voir qu'ils n'étaient pas réellement du monde. De même, les oreilles qui servent ici à entendre ne font pas partie des sens humains, mais nous les possédons tous, c'est pourquoi Jésus nous exhorte à les utiliser.

            Le chemin pour s'affranchir de la fascination exercée sur nous par le monde est ardu, certes, mais une fois cette fascination dépassée, l'on s'aperçoit que tout est ce Royaume sublime dans lequel tout resplendit.

          Dans cet extrait du Elias de Mendelssohn (je reviens à mes anciennes amours !), le "alors" et le futur de "resplendiront" correspondent au moment, pour l'individu, de la Réalisation (ou Résurrection) ; mais en fait tout est déjà là, ici et maintenant.

     

     

     

     

     

    « L'ÉpéeVariation autour d'une fable bien d'actualité »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Février à 11:51
    Durgalola
    Que celui qui a des oreilles entende est une phrase qui m'a toujours interpellée. Directe et franche. Bises
    2
    Jeudi 20 Février à 18:48
    daniel

    J'ai conscience de la limitation du monde, de l'illusion de ce que nous pouvons vivre. Si nous n'y prenons pas garde nos aliénations peuvent être grandes !!

      • Jeudi 20 Février à 23:03

        Mais pour vouloir s'en affranchir, il  faut nécessairement avoir été attiré par autre chose !

    3
    Vendredi 21 Février à 09:53
    Durgalola
    En écrivant ce poème tout en si, la leçon du jour est que nous n'avons pas besoin de su pour être en joie. Bises et belle journée.
    4
    Vendredi 21 Février à 09:53
    Durgalola
    De si....
    5
    Dimanche 23 Février à 03:56

    Lumineux pour nos yeux intérieurs ...Merci Mayalila

      • Dimanche 23 Février à 12:27

        Bises à toi, Marlène ! Sais-tu qu'il est impossible de commenter ton article "désert" ? Décidément je n'aime pas overblog...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :