• Lili

     

    Lili

     

     

        « Lili » :  un titre aussi sobre que le bouleversant récit qui l'accompagne .

       En évoquant la courte mais fulgurante vie de "Lili Boulanger" (qui ne se prénommait pas plus Lili - son surnom - qu'elle n'était la fille de son "pauvre papa" Ernest Boulanger), avec en filigrane celles, en partie, de sa soeur Nadia et de ceux qui l'entourèrent, Alain Galliari nous montre quelle étrange farce est la vie que nous croyons "mener"...

        Plus que jamais il en ressort que nous ne sommes que des "instrumentistes" amenés à jouer la partition que le créateur (la Vie, Dieu) a conçue pour nous, sans avoir quoi que ce soit à y ajouter ni retrancher, sans avoir le moindre impact sur les événements dont nous sommes l'objet ni la moindre responsabilité de quoi que ce soit.

        Nous ne "dansons pas" avec la vie, nous exécutons juste la danse que celle-ci a choisie pour nous, si déchirante soit-elle. D'ailleurs comme le savent les romantiques,

    "les chants désespérés sont les chants les plus beaux"

    et de même l'existence la plus déchirante est aussi la plus sublime.

         Ainsi, pourquoi chercher à être "plus grand" que ce qui nous habite ? Maintenant je ne vois qu'une méthode : n'être rien.

         N'étant rien, je roule avec la vague qui se dissout sur la grève et le reflux m'emporte sans que rien ne puisse être distingué de la magique beauté de l'Océan.

     

     

    « Le pouvoir de l'accueilÊtre »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Mai à 18:03

    Ce que j'essaie de dire en poésie et en pensant à la Salicorne... (je n'ai pas encore réussi !)

    Je n'ai pas lu ce livre (à noter donc !)

      • Mercredi 16 Mai à 19:01

        A la mi-mars j'ai découvert par hasard cette jeune femme, Lili Boulanger, dont c'était précisément le centenaire de la mort sans qu'on en parle tellement et à qui j'ai consacré des posts plusieurs jours d'affilée sur facebook, je ne sais pas si tu as vu. Méconnue en France elle est célèbre dans d'autres pays, notamment en Amérique et on trouve presque toute sa musique sur youtube, si bien qu'elle ne me  quitte plus depuis, m'ayant beaucoup impressionnée. Le livre que j'évoque ici est un simple récit qui relate sa courte existence d'une manière si proche et presque intime, qu'on en ressort bouleversé. Je le recommande bien sûr, mais à ceux que la vie d'une jeune femme musicienne intéresse. Note que ce n'est pas n'importe qui, car sa mère, fantasque et capricieuse, était soupçonnée être une fille naturelle du tsar. Mais avoir une mère princesse russe n'a pas empêché Marie-Juliette-Olga dite Lili de souffrir énormément, tout en s'affirmant avec un caractère gai et une volonté hors du commun. Le livre est facile à se procurer, mais seulement sur le site The book édition.

    2
    Mercredi 16 Mai à 19:37

    Merci, Mayalila !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :