• « Lève-toi et marche »

     

            Cette parole de Jésus, qui m'avait été rappelée il y a quelque temps, est revenue soudain me frapper aujourd'hui avec la stupéfiante découverte que je ne l'avais jamais comprise, dans sa portée initiatique du moins.

           Dans l'Évangile elle est placée de telle manière que l'on voie en Jésus ce que l'on en attend généralement, c'est-à-dire un véritable thaumaturge qui accomplit des miracles, en même temps qu'un être rempli de compassion qui guérit de la culpabilité et des infirmités humaines.

         Cependant, comme on me l'avait présentée, il me semblait qu'elle faisait simplement référence au fait que telle un paralytique, je me contentais de subir l'existence qui m'était donnée sans me prendre en main et partir en quête de "qui j'étais vraiment". Pourtant cela faisait un bon moment que je me débattais dans des questions d'ordre métaphysique. Et pour couronner le tout, lorsque je me retroussai les manches pour explorer les nouveaux domaines qui m'étaient proposés, on m'annonça que je n'avais pas bougé du tout et restais "toujours assise".

     

        Aujourd'hui j'ai soudain découvert que c'était une question de "verticalité". La verticalité étant la faculté de se relier au Divin en soi par l'intérieur, en s'affranchissant de l'espace et du temps.

          Il s'agit d'une sorte de mutation intérieure, la même qui poussa l'anthropopithèque du passé à se redresser et à cesser de se déplacer comme un animal ... et si l'on pense au miracle vécu par le héros de "Avatar", il faut supposer qu'il découvrait soudain, se relevant comme un géant, sa véritable nature.

         Allongé sur notre grabat, c'est-à-dire soumis au monde physique, nous vivons dans l'horizontalité, nous nous étalons vers les choses extérieures et n'aspirons qu'à recevoir et absorber ce que nous percevons autour de nous. 

          Libéré de l'attrait du monde extérieur, focalisé sur le Soi transcendant, nous pouvons nous lever, nous redresser pour affirmer qui nous sommes vraiment et en répandre le parfum. Offert à notre réalité profonde, nous ressentons une telle plénitude que plus rien d'extérieur n'existe pour nous.

          Marcher ensuite, c'est vivre dans le monde des apparences sans y porter d'intérêt, en laissant disparaître les choses aussitôt qu'elles ont apparu et en les "traversant" pour ainsi dire, tout en demeurant centré sur sa propre verticalité, sur son appartenance à la Lumière que l'on diffuse en permanence de soi, même ancré dans le monde terrestre.

     

     

    « Déguisements Qui donc pourra tenir ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Juillet à 08:27

    C'est très bien vu et exprimé Mayalila, cependant il me semble que nous sommes venus ici-bas pour nous incarner dans la matérialité, pour en faire l'expérience, j'ai l'impression que ce monde des apparences a parfois de l'intérêt, quand je plonge au sein de la nature, je ne peux être qu'émerveillée du spectacle qui m'est offert au moment où il m'est offert, c'est quand il disparait que je dois accepter ce qui se présente à moi sans sourciller, comparer... parce que au bout du compte tout est bien, je ne peux aimer la nature qu'en connaissant son contraire. Belle journée à toi, l'esprit ouvert et le cœur joyeux.   brigitte

      • Mardi 3 Juillet à 10:16

        Brigitte, ce que tu dis est la vérité pure. Le sage dit qu'au début de la quête, les montagnes ne sont plus des montagnes et les fleuves ne sont plus des fleuves ; mais qu'à la fin de celle-ci, lorsqu'est atteinte la réalisation, les montagnes sont à nouveau des montagnes, et les fleuves à nouveau des fleuves. Pour apprécier vraiment le monde, il faut en être réellement l'observateur, sans y être soumis. C'est cette soumission dont je parlais de se libérer : de celle qui engendre des émotions de bonheur, certes, mais conditionnées à nos attentes,  et aussi de rejet lorsque les choses ne leur correspondent plus.
        Amitié.

         

    2
    Mardi 3 Juillet à 18:45
    Daniel

    "Lève toi et  marche", un bon conseil pour se prendre en charge, seul, comme un grand . 

    Deux mots et toute une philosophie de vie !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :