• C'est ton cri

     

           Les choses arrivent comme elles doivent arriver.

         On consulte son thème astral, des cartes divinatoires pour savoir que faire, comment envisager l'avenir... et on en vient parfois à conclure que c'est l'oracle qui nous a influencé dans nos choix.

          Ainsi, le père d’Œdipe s'entendit-il prédire qu'il serait tué par son fils et fit-il son possible pour l'éviter en expédiant celui-ci dans le pays voisin ; tandis qu'Œdipe lui-même, apprenant qu'il devait tuer son père, fit son possible pour l'éviter en s'exilant dans le royaume voisin. Deux propositions négatives s'annulant comme nous le montre l'algèbre, il tua par accident celui qu'il ignorait être son père, tandis que ce dernier par accident provoqua celui qu'il ignorait être son fils. 

           « C'était écrit », dit-on souvent...

           Éternelle question du libre arbitre ! Qui bien sûr, si l'on considère l'univers comme une pure projection instantanée du Divin, devient sans objet. En effet, vue depuis un point situé en dehors de l'espace et du temps, une destinée est identique au simple visage d'une personne, toutes les caractéristiques et expériences d'un individu étant ramassées en un seul point, en une explosion unique, une fleur unique.

           « C'était », non pas « tes cris » mais « ton cri ! » me dis-je alors, songeant au cri poussé par le nouveau-né à sa naissance.

          On dit souvent qu'un horoscope de naissance est l'expression de l'univers lorsque vous avez pris votre première respiration en tant qu'être humain : il est donc la représentation de votre cri. L'univers apparu alors est à la fois votre création, votre projection, et le miroir votre être.

           La vie que vous expérimentez est donc vous-même, au même titre que le corps projeté dans le miroir. Et à ce titre elle ne peut être remise en question, et doit être appréciée à sa juste valeur, sans recherche d'amélioration ni de modification aucune.

           Tout ce qu'elle contient d'actes ou de recherches de tous ordres a sa raison d'être, sans qu'aucun jugement, positif ou négatif ne soit autorisé car il serait ultérieur à l'être, pur produit d'un mental déconnecté du vrai.

           Apparaissant comme une fleur au milieu d'un jardin ou comme une gerbe de feu d'artifice dans le ciel, nous appartenons à un ensemble qui nous dépasse et n'avons aucune possibilité d'intervenir sur l'ensemble, celui-ci étant par nature même parfait, et nous-même n'en étant qu'un fragment. La seule tâche qui nous incombe est de

    NOUS ÉPANOUIR


    ce qui nous est  intensément difficile... puisqu'il faut renoncer à tout jugement, et s'abandonner totalement à ce qui est.

         Alors nous sommes comme les oiseaux : ce qui émane de nous est notre chant (notre cri) et il n'y en a pas d'autre, et c'est de là que surgit la Beauté de l'ensemble. On pourrait aussi parler du "parfum" de chacun comme le font beaucoup d'éveillés, ce qui est la même chose en se plaçant dans le domaine des fleurs...

     

    C'est ton cri

     

     

     

    « AmourMon Tout »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Août à 17:17
    daniel

    Déterminisme ou liberté ? Je me pose souvent la question!

    Par contre pour l'épanouissement je ne me pose nulle question. J'essaie d'y travailler tous les jours.

    2
    Jeudi 23 Août à 10:28

    Le thème astral donne il me semble le cadre, les grandes lignes, si nous faisons appel à notre intuition nous pouvons ciseler notre vie, choisir face à plusieurs chemins lequel nous amènera vers le point final - quel boulot certaines fois ! - je crois en une certaine liberté, nous avons des expériences à faire, une caisse à outils... À nous de choisir la danse ! Belle journée à toi.  brigitte

      • Jeudi 23 Août à 11:45

        Ces options, ces chemins sont des moyens de revenir au centre d'où tout émane, et comme tout en émane ils sont déjà esquissés dans leurs grandes lignes. Ce qui ne change rien à notre sensation de liberté, puisqu'elle émane du même point où tout est perçu, en dehors du temps. Quand nous pensons "prendre une décision" en fait nous nous rangeons  à la "grande sagesse" déjà présente au fond de nous, consciente de "Ce qui est".

    3
    Mardi 28 Août à 15:47

    Le jugement est tellement ancré et conforté dans nos habitudes qu'il est bien difficile de le dépasser et de l'inclure dans notre observation.

    Merci pour ce lumineux article.

    Amitiés

    Alain

      • Mardi 28 Août à 18:48

        Merci pour ta visite amicale, Alain.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :